J'ai découvert hier le blog d'une assistante maternelle que j'ai trouvé très riche et très agréable à lire : Bêtise, Malice et Sorcellerie. Sur une de ses pages, elle se posait ouvertement la question des "productions" des enfants : "Devons-nous soumettre l'enfant systématiquement à une production ? Je m'interroge... Cela fait-il plaisir aux parents, aux enfants ou aux assistantes maternelles ?" C'est une question qui me tient particulièrement à coeur alors je souhaite partager avec vous ici ma réponse.

Généralement, je préviens les parents au moment de l'adaptation (voire au moment du premier entretien) que l'enfant a besoin de temps pour découvrir ce qui l'entoure. Il faut lui laisser du temps pour se familiariser avec son environnement. Je joue avec les enfants, je leur propose différents jouets et matériaux qui pourraient les intéresser, mais que je ne fais pas d'activités manuelles (avec donc une production) avant au moins 18 mois, tout en m'adaptant bien sûr à chaque enfant. De toute manière, avant cet âge l'enfant aime découvrir à sa manière et n'est pas vraiment capable d'appliquer une consigne telle que "tu mets de la colle ici, tu attrapes un morceau de papier parmi ceux-là, puis tu le poses sur la colle et enfin tu appuies dessus". Certes, le très jeune enfant peut prendre du plaisir à toucher le papier, mais certainement pas à le coller. En grandissant, cela change. L'enfant connaît plus ce qui l'entoure, s'intéresse moins à tout ce qui est moteur, est plus capable de "se poser" (rarement avant 18 mois, une fois que la marche est bien acquise, mais bien sûr ce n'est qu'un âge indicatif). C'est alors que je commence à proposer des activités plus dirigées, des productions diverses, mais en ayant toujours en tête que je propose et que l'enfant dispose. S'il n'a pas envie du tout de participer ou s'il ne colle que deux papiers ou ne fait que deux traits de peinture, cela n'a pas d'importance pour moi. L'essentiel est que l'enfant ait fait quelque chose qui l'a intéressé, qu'il ait vécu une expérience qui pourra être enrichissante pour lui. C'est d'ailleurs pour cela que je ne prépare aucun cadeau pour la fête des pères ou des mères tant que les enfants sont petits. Les empreintes forcées de la main, très peu pour moi !

J'ai beaucoup surfé ces dernières semaines sur des blogs d'assistantes maternelles et j'ai été effarée de voir des production parfaites (j'entends par là entièrement peinte ou décorées, sans aucun blanc) d'enfants de 10 mois ! A cet âge l'enfant peut toucher la peinture, barbouiller un feuille, mais en aucun cas remplir tous les blancs et coller des gommettes à des endroits précis ! L'intervention d'un adulte soit pour tenir sa main soit pour faire à sa place était obligatoire pour un tel résultat. Quel est alors l'intérêt pour l'enfant ???

Les parents des enfants que j'accueille sont peut-être déçus d'avoir eu jusqu'à maintenant si peu d'oeuvres, de productions de leurs enfants, même si je leur en avais parlé à l'adaptation... Je ne leur ai pas posé la question...
Je me souviens en tout cas que la maman d'Alexia était surprise, ravie et même touchée d'avoir eu un cadeau pour la fête des mères au printemps dernier. Alexia avait alors 20 mois, elle a peint comme elle l'a souhaité un support à photos. Sur la photo, le sien est celui du milieu, il n'est pas parfait comme aurait pu l'être celui fait par un adulte, mais Alexia a adoré le peindre et sa maman a été très heureuse de le recevoir. Toutes les deux ont donc apprécié cette production : là je peux dire que mon but a été plus qu'atteint ! Gabriel a 6 mois de plus, il a peint celui du bas. On voit moins le support mais il reste un peu de bois visible également. Celui du haut est celui de ma fille qui a un an de plus de Gabriel (elle avait donc plus de 3 ans quand elle l'a peint). On voit bien la progression qu'il y a entre ces 3 âges.

2012-10-25 Fête des mères
Cette année est la dernière année scolaire avant que Gabriel et Alexia ne rentrent à la maternelle. Ils connaissent maintenant bien leur environnement, leurs influences sur celui-ci, les jouets qui sont chez moi ; ils ont besoin de nouvelles expériences pour continuer à se construire. Ils connaissent bien les crayons, les gommettes, la peinture, qu'ils ont pu explorer relativement librement jusqu'à maintenant. Je leur propose donc maintenant des activités manuelles plus dirigées. Ils y participent ensuite comme ils le souhaitent. J'essaie de leur proposer au moins une activité dirigée par semaine. Ils acccrochent ou n'accrochent pas, selon l'activité, selon leur humeur, selon leur envie du moment. Mais quand ils accrochent, cela se voit dans leur comportement, dans leur sourire jusqu'aux oreilles et surtout dans la fierté qu'ils ont ensuite à me montre ce qu'ils ont fait. Gabriel adore me dire "c'est booooooooooo !" en me montrant ses chefs d'oeuvre. Que demander de plus ?

Je n'impose donc pas de productions aux enfants, je n'en vois pas l'intérêt, je leur propose simplement. Je pense que les parents ne jugent pas la qualité de mon travail par la quantité d'oeuvres que les enfants ramènent chez eux. La part de l'imaginaire, les jeux qu'ils inventent, les livres que nous regardons sont tout aussi importants et enrichissants pour eux... comme pour moi !